28 juin 2017

15 Premiers jours d'allaitement

Bonjour!
 Parce que ce n'est pas forcément une décision facile à prendre, parce qu'on est toujours bêtement influencées par les dires des proches, j'ai voulu faire ce (petit) article récapitulatif de nos tous premiers 15 jours d'allaitement.

allaitement bébé maman nourri sein maternité

La décision

Pourquoi cette fois ci et pas avant? Cette question m'a été posée plusieurs fois par les divers professionnels ou relations. Simplement, je me suis dit que c'était maintenant ou jamais. Pour mon grand j'étais catégorique, c'était hors de question. 5 ans plus tard, j'ai donné à ma fille la tétée de bienvenue, découvrant ainsi cette sensation bizarre de "donner le sein". Puis j'ai grandi, j'ai mûri, la maman que j'étais à 23 ans n'est plus celle d'aujourd'hui. L'idée a mûri elle aussi, et l'importance du regard que les autres peuvent avoir sur moi a aussi évolué. Car c'est bien là qu'était ma principale barrière! Incroyable, non?
Ensuite c'est selon moi une décision qui appartient autant à la mère qu'au père. En effet c'est la maman qui s'expose au regard des autres, aux réveils nocturnes, à la "mise à disposition". Mais justement, on retire aussi au papa sa part de participation, le moment du biberon étant un moment privilégié d'échanges. Ca peut aussi être pour la maman un instant d'isolement partiel, ou d'exhibition, selon les cas. C'était donc important pour moi que mon homme soit d'accord. Bon, ça n'a posé aucun problémes, zhomme voyant surtout l’avantage des nuits --'

L'explication aux aînés

Eh oui, lorsqu'on a des grands, je pense qu'il est intéressant de leur expliquer ce qu'il va se passer. J'y suis allé en deux étapes. Mon grand ayant bientôt 8 ans,et ayant connu les biberons de sa soeur, je lui ai d'abord expliqué que pour le bébé qui arrivait j'allais essayé de lui donner "la tototte". Ainsi il ne serait pas surpris la première fois, et lui a pensé que je le prévenais pour ne pas qu'il se moque. Chacun sa vision des choses ! ;)
Ensuite on a expliqué à ma fille de 3 ans que le bébé n'aurait pas de biberons, et qu'il devrait passer du temps avec moi car je serais la seule à pouvoir lui donner à manger, au début.

La naissance

J'ai eu un accouchement assez facile, si je le compare aux deux précédents. J'ai sorti mon bébé et l'ai posé sur moi, il est resté là pendant 2 heures, en peau à peau. Les sages femmes étant au courant de mon projet d'allaitement, elles ont laissé Hugo faire son nid puis m'ont vaguement aidée à la mise au sein. J'avais bien enregistré les cours de préparation à l'allaitement, me répétant ainsi les recommandations pour une bonne position du bébé, pour que tout soit simplifié pour lui comme moi. Son ventre contre le mien, la lèvre inférieure bien retroussée, la tête légèrement inclinée vers l’arrière et dans l'axe du dos, son menton contre le sein et le nez bien dégagé. Ça s'est fait facilement, il a tété à gauche, puis à droite, puis de nouveau à gauche. Nous avons profité pleinement de cet instant, tout en somnolant, tout en échangeant des regards gorgées d'amour avec papa, des caresses et des bisous en douceur ♥

La montée de lait

Evidemment, j'avais entendu de tout sur ce fameux instant. Je m'y suis préparée mentalement sans stress puis finalement, ce n'était pas si terrible! La stimulation est ce qui aide le plus la lactation, je laissais donc mon fils au sein autant de temps qu'il le souhaitait et aussi souvent qu'il réclamait. J'ai accouché dimanche matin, et la montée de lait a débuté dans la nuit de lundi à mardi. J'ai senti mes seins se gonfler, se tendre, être plus sensibles. Je massais les zones douloureuses, tout en continuant bien sûr à nourrir Hugo. J'ai remarqué que sa façon de téter changeait, qu'il tirait un peu plus longtemps et que sa déglutition était plus profonde. J'étais toujours bien attentive à sa position, et au bruit émis (eh oui, un sifflement ou un bruit d'air est synonyme de mauvaise position des lèvres, et là, attention aux gerçures!) D'ailleurs j'ai testé la position couchée dès cette nuit là, et nous nous sommes tous les deux endormis! J'ai continué à prendre en alternance Dafalgan et Spasfon, les contractions de l’utérus étant parfois douloureuses pendant les tétées, phénomène impressionnant pour ma part! On voyait clairement l'utérus contracté, de la taille d'un poing, dans le bas ventre! Les 48h annoncées par la sage femme pour la montée de lait se sont donc écoulées, j'ai patienté en acceptant ces douleurs, une broutille quand on pense à ce qu'on a ressenti quelques jours avant pour l'accouchement!
Nous sommes rentrés le mercredi matin, après constat que la montée de lait avait bien eu lieu, que le bébé et moi même nous portions bien, même que mon petit garçon avait repris du poids, ce qui est normalement plus long chez un enfant allaité que chez un enfant nourri au biberon.

La suite

Nous avons donc pris notre rythme, sous les recommandations de la sage femme toujours, je nourrirais Hugo exclusivement au sein le premier mois, nous verrons ensuite si l'emprunt d'un tire-lait est nécessaire ou pas. En effet le bébé tète différemment sur le téton que sur la tétine, et il se peut qu'aprés une tétine, le bébé ne retrouve plus la bonne position au sein, et c'est "foutu" ! Je ne prends donc pas de risques! En ce qui concerne papa, il est resté dans la même optique, profitant de ses nuits, d'autant plus qu'il travaille. Hugo est encore trop petit pour qu'il soit rassuré à l'idée de lui donner le bain ou le changer, et puisque je suis là, autant que je le fasse! Il se contente donc de quelques câlins pendant les moments calmes. Et moi je profite d'une certaine forme d'exclusivité ♥
Quant aux enfants, c'est toujours au moment de la tétée qu'ils ont une soudaine envie de câlins, avec moi ou bébé... Et ma fille a changé sa façon de nourrir ses poupées, désormais, elle soulève son tee shirt...

Le regard des autres

Ca avait une place tellement importante dans le fait de ne pas allaiter mes premiers enfants que ça mérite bien un paragraphe! Eh bien en fait, c'est un détail! Je nourris mon fils, point final! Non, je ne sors pas mon téton devant tout le monde. Je me met à l'écart ou je me met de dos le temps de la mise au sein, j'ai un soutien gorge d'allaitement qui permet d'allaiter même devant les gens! Bien sûr je suis plus à l'aise chez moi, à moitié à poil et affalée dans le fauteuil ou le lit, mais on continue à vivre normalement! Depuis sa naissance, je l'ai nourri pendant un rassemblement familial, dans ma voiture en faisant des courses, au restaurant, par terre sur un terrain de foot. Et vous savez quoi? On est pas morts ! (enfin, surtout moi, parce que lui, tant qu'il bouffe ... !)


♥ Je peux dire que l'allaitement se passe bien, la sage femme qui est passée à la maison m'a même dit qu'on avait l'impression que j'avais fait ça toute ma vie, et qu'en plus Pimousse tète comme un chef! Sa courbe de poids ne dément pas ses dires, et moi je suis toute fière, héhé! Pas de douleurs, pas de sécheresses, pas de saignement (car oui, cela peut arriver!), je laisse mon instinct maternel agir, et ça fonctionne pas mal! S'il y a bien un CONSEIL que je peux te donner c'est d'ailleurs celui de te faire confiance. C'est ta poitrine, tes douleurs, ton bébé. Demandes aux professionnels si tu as des doutes, laisses toi le droit d'essayer, d'apprendre. Tu es la MAMAN, tes doutes t'aideront à trouver la meilleure solution, et tout ira bien!
Bien sûr, la poussée de croissance arrive (vers les 2/3 semaines), il va y avoir là aussi 48h de sport intensif, au risque d'être lui et moi collés toute la journée, mais c'est un nouveau cap à franchir! Celui qui entraînera une nouvelle lactation, et une fois ce stade dépassé, ça roulera tout seul!
Mais ça, ce n'est pas pour aujourd'hui (en tout cas pas pour l'instant T où j'écris ce billet!), alors on en profite!